Turquie : la « purge » atteint 50 000 personnes !

21072016

Le président Erdogan, avait prévenu, après le coup d’Etat manqué du 15 juillet : « Nous allons continuer d’éliminer le virus de toutes les institutions étatiques ». Le « virus » ? Fettulah Gülen, ennemi juré d’Erdogan, après avoir été on mentor, accusé d’avoir orchestré le putsch depuis les Etats-Unis, et ses partisans. Et le remède au « virus » est radical : une purge d’environ 50 000 soldats, juges, policiers, universitaires, qui ont été suspendus, interpellés ou inculpés. Les arrestations se font sur la base de listes, et inutile d’espérer voir un avocat.

Au moins 118 généraux et amiraux ont été placés en garde à vue. Parmi eux, 99 généraux ont été inculpés sur les 360 que compte l’armée. Au moins 6 000 militaires ont été arrêtés. Plus de 9 000 fonctionnaires du ministère de l’Intérieur ont été limogés. En majorité des policiers.

Des demandes de placement en garde à vue ont été émises contre 2 854 juges et procureurs.

Selon l’Union syndicale des magistrats (USM) français, « nombre de magistrats ont été emprisonnés avec leur famille ». L’USM ajoute « qu’aucun droit de se défendre ne leur a même été reconnu ».

Au ministère de l’Education, ce sont 15 200 employés qui ont été interdits d’exercer. Il faut y ajouter 21 000 personnes travaillant dans l’éducation privée qui ont perdu leur licence et qui doivent être interdites d’enseigner. Le Conseil de l’enseignement supérieur a également demandé la démission des 1 577 doyens d’universités publiques et rattachées à des fondations privées.

Par ailleurs, 492 employés de la Direction des affaires religieuses, la plus haute autorité musulmane du pays ont été mis à pied ainsi que 257 fonctionnaires attachés aux services du Premier ministre et 100 responsables des services de renseignements.

Les trois millions de fonctionnaires ont vu leurs congés suspendus. Ceux qui étaient partis sont rappelés. Tous sont interdits de sortie de territoire, sauf autorisation exceptionnelle. Un contrôle aux frontières a été mis en place.

Et pour parfaire le tableau, l’étt d’urgence a été proclamé.




Roger Gourinchas : durant près de 40 ans, un pilier de L’Echo

21072016

Roger

Notre ami et camarade Roger Gourinchas est décédé ce mardi 19 juillet à l’âge de 86 ans. Ses obsèques auront lieu ce vendredi 22 juillet à 13h 45 au crématorium de Limoges-Landouge.

Au lendemain de sa disparition, il est difficile d’évaluer tout l’apport de cet homme à son journal, L’Echo. Durant près de 40 ans, Roger a été de toutes les batailles, de toutes les épopées qui ont fait l’histoire de ce quotidien, une véritable Histoire : l’indépendance financière en 1956, la localisation de Lammerding, le bourreau d’Oradour, à Düsseldorf en 1961 (où il fut arrêté par la police allemande avec le photographe Estra), « L’opération locaux » dans les années 75-76, la grande première en presse quotidienne régionale avec le passage du plomb à la photocomposition, le sauvetage de la parution de L’Echo après l’incendie de la rotative en 1988 grâce à son carnet d’adresse et à la confiance que Roger inspirait dans de nombreux milieux, la création de Pluralisme, etc…

Avant de devenir secrétaire de rédaction le 1er novembre 1951, à l’âge de 21 ans, ce jeune natif de Châteauroux avait déjà eu le temps d’affûter sa conscience de classe à Paris comme ouvrier dans une fabrique de voitures d’enfants… dont il fut licencié pour activité syndicale ! Un militant était né. Il le restera au-delà de toutes les vicissitudes.

Au fil des années, le secrétaire de rédaction devient un jour rédacteur en chef. Puis, devant son engagement et sa rigueur, on demande à Roger de troquer la plume de journaliste pour celle d’administrateur. L’oeil rivé sur les comptes, à la recherche de la moindre source de recettes à activer et toujours d’un calme imperturbable, avec l’équipe de direction et les cinq fédérations du PCF de la zone de diffusion, il montre à chaque fois, à chaque coup dur le chemin pour respirer de nouveau et continuer à paraître. Certains économistes auraient pu prendre des leçons…

Entre temps, Roger a quand même trouvé le temps de fonder une famille avec Simone, elle aussi militante engagée. Ils se sont mariés en 1957 et eurent trois enfants, Claude, Sylvie et France. Roger était également engagé dans la vie de sa cité Feytiat, dont il fut l’élu, et même maire-adjoint durant de nombreuses années.

Roger, c’est un monument d’engagement, de fidélité et de modestie. En 1987 il soutient Marcel Rigout et ses camarades et adhère à Alternative Démocratie Socialisme sans renier ses engagements de jeunesse qui l’ont fait adhérer au PCF et poursuivant malgré la retraite son soutien à L’Echo.

Destin cruel qui voit disparaître en moins de deux ans Marcel Rigout, Jacques et Solange Jouve, Jean-Pierre Poumérouly et René Dumont.

Une nouvelle fois douloureusement touchée, ADS, par la voix de son Président Pierre Allard, adresse ses condoléances émues à Simone, son épouse, à ses enfants et petits-enfants.

Sur la photo : quatre frères de lutte aujourd’hui disparus en moins de deux ans, Jean-Pierre Poumérouly, Roger Gourinchas, Jacques Jouve et Marcel Rigout.




Uzerche : Jean-Paul Grador (PCF) succédera à Sophie Dessus

31052016

Un seul tour aura suffi aux Uzerchois pour élire, ce dimanche 29 mai 2016, une nouvelle équipe municipale.  La liste conduite par Jean-Paul Grador, premier adjoint communiste de Sophie Dessus, la maire d’Uzerche décédée en mars dernier, remporte cette élection avec plus de 58% des suffrages copntre la liste de droite qui recueille 41,9% des suffrages. A noter : l’important taux de participation à cette élection municipale, 67,2%. Le nouveau conseil municipal se réunira dimanche pour élire le nouveau maire.




Loi « Travail » : nouvelle semaine d’intense mobilisation

30052016

Le gouvernement n’en a pas terminé avec la la contestation de la loi dite « travail ». Le secteur des transports s’apprête à vivre une nouvelle semaine d’actions et de mobilisation avec des appels à la grève, reconductibles, lancés pour des motifs mêlant revendications internes et opposition à la réforme du Code du travail. Les opposants au texte ne baissent pas les bras, l’intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU, Unef, Fidl, UNL) ayant appelé « à amplifier les mobilisations » avant la journée nationale d’action le 14 juin. Tour d’horizon des différents fronts.

La situation s’est améliorée sur le front des carburants mais six des huit raffineries françaises sont toujours à l’arrêt ou au ralenti. La grève a été reconduite aux terminaux pétroliers de Marseille et du Havre, qui alimentent Orly et Roissy en kérosène. Le gouvernement a néanmoins imposé un service minimum.

A la SNCF, où des négociations sur le temps de travail des cheminots entrent dans leur phase finale, les quatre syndicats représentatifs (CGT, Unsa, Sud Rail, CFDT) ont déposé des préavis de grève reconductibles à partir de mardi soir. Aux motifs internes, la CGT-Cheminots, premier syndicat, et Sud Rail ont ajouté l’opposition à la loi Travail.

Pour les Franciliens, des difficultés sont aussi à prévoir à partir de jeudi à la RATP, avec un appel à la grève « illimitée » de la CGT. Le premier syndicat de la régie demande la réouverture des négociations salariales annuelles et le retrait du projet de loi El Khomri. Sud-RATP, troisième force syndicale, a déjà appelé à une grève illimitée à compter du lancement de l’Euro « contre la loi Travail et la remise en cause du statut RATP ».

Le trafic aérien pourrait aussi connaître des perturbations en raison d’une grève à la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) prévue du vendredi 3 au dimanche 5 juin, pour des revendications purement internes. Enfin, dans les ports et les docks, la CGT appelle à un arrêt de travail de 24 heures jeudi 2 contre la loi El Khomri.




LE CHIFFRE DU JOUR… 49.3 !

11052016

Le gouvernement a donc décidé de faire passer en force le soi-disant projet de “Loi Travail” (sic). Les députés sont mis devant le fait du Prince… Fini le débat parlementaire grâce à l’article 49.3 de la Constitution de 1958 !
Qui se souvient encore de la tirade du candidat François Hollande “Moi Président” ? Une tirade qui promettait entre autres le respect du travail parlementaire…
Plus de 70% des Français sont opposés à ce texte dont l’article 1 propose tout simplement de soumettre les droits de l’homme au droit des entreprises et d’instituer ainsi une sorte de Code du Travail “à la carte” !
Des journées d’action intersyndicales sont annoncées pour les 17 et 19 mai. Avec ADS, nous les soutenons.




Loi « Travail » : nouvelles manifestations jeudi 28 avril et dimanche 1er mai

27042016

L’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires-Organisations étudiantes appellent à une nouvelle journée d’action demain jeudi 28 avril contre le projet de loi « Travail ». Dans la foulée, des manistations sont également prévues ce dimanche 1er mai.

Certes, le gouvernement a présenté le 11 avril dernier, des mesures en faveur des jeunes (Aide à la Recherche du Premier Emploi, surcotisation des CDD, amélioration de la rémunération des apprentis, revalorisation des bourses, prolongation du droit aux bourses, création de places en BTS….). Pour l’intersyndicale, ces annonces sont le fruit des fortes mobilisations des jeunes, à l’appel des organisations lycéennes et étudiantes au côté des salariés. Pour autant, le désaccord sur le projet de loi reste entier. En effet, jusque là un accord d’entreprise ne peut pas être moins-disant que le code du travail ou qu’une convention collective. Or la loi travail donne la primauté à l’accord d’entreprise à travers des « référendums » d’entreprise où l’on sait pertinemment que le patron tient le salarié par le cou et qu’il pourra imposer ce qu’il veut.

Les manifestations prévues demain :

- Haute-Vienne : à Limoges à 10 h 30 carrefour Tourny et à Saint-Yrieix à 17 h 30 Place de la Nation

- Dordogne : à Périgueux à 10 h 30 devant le Palais de Justice et à Bergerac à 17h

- Indre : à Châteauroux à 10 h Place de la République

- Creuse : à Guéret à 10 h 30

- Corrèze : à 10 h à Brive et à 14 h 30 à Tulle

Pour le 1er mai, la manifestation à Limoges est prévue à 10 h 30 carrefour Tourny.

ADS soutient ce mouvement et appelle à se joindre aux différentes manifestations.




La baisse du chômage en mars : au profit de l’emploi précaire

27042016

Une très légère embellie ? Hier, la publication des chiffres du chômage pour le mois de mars a fait état d’une baisse du nombre de demandeurs d’emploi… mais le nombre total d’inscrits s’est accru de 200 000 sur un an !

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité, a reculé de 60 000 en mars par rapport à février, soit une baisse de 1,7%, selon les chiffres dévoilés par la Dares et Pôle emploi pour la France métropolitaine. Il faut remonter à octobre 2000 pour trouver un recul plus conséquent (-1,74% contre -1,70% fin mars 2016). Cela porte le nombre de chômeurs de catégorie A à 3 531 000, un chiffre en augmentation de 0,5% sur un an, soit 16 600 demandeurs d’emploi en plus.

En France métropolitaine, toujours, le nombre d’inscrits de catégories A, B et C baisse de 0,2% sur un mois, à 5 454 100 chômeurs fin mars 2016 (5 756 700 Dom Inclus). Toutes catégories confondues (A, B, C, D et E), le nombre de demandeurs d’emploi s’élève à 6 151 400 en France métropolitaine (6 486 100 sur la France entière), en recul de 0,1% sur un mois (-7 600 inscrits) et en augmentation de 3,3% sur un an (+198 500).

Sur une longue période, les catégories B et C ont beaucoup progressé en 2015 et en 2016. Ce qui signifie que la reprise de l’emploi se fait par les petits boulots et l’intérim. Tout cela reste de l’emploi précaire.




Baisse des dotations : STOP !

27042016

La baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales devient «intenable». Moins 5,5 millions d’euros de DGF pour le Département de la Haute-Vienne en 2016 ; moins 13,2 millions d’euros depuis 2013. La facture est salée. Elle n’épargne personne, Régions et Communes sont à la même enseigne. Et ce n’est pas fini. Comme le constate le groupe ADS-PCF au conseil départemental de la Haute-Vienne, « ces dotations nationales devant être amputées en 2017 de 3,67 milliards d’euros supplémentaires. »

A ces restrictions, poursuit le groupe dans une déclaration, « s’ajoute pour les Départements le casse-tête du financement du RSA et de l’APA compensé à 60% seulement par l’Etat. Il en résulte que les finances d’une quarantaine de Départements sont «dans le rouge». Cette dégradation financière générale entraîne une baisse significative des investissements des collectivités, de l’ordre de 30% entre 2014 et 2017 si rien ne change. Ce recul des investissements impacte à la hausse le niveau de chômage. De nombreuses voix s’élèvent de tous horizons politiques pour un changement de cap urgent. Seront-elles entendues ? Nul doute que le prochain Congrès des Maires en juin prochain sera un temps fort de la revendication des collectivités pour faire infléchir la position de l’Etat. »




Projet de loi Travail : Manifs partout le 9 mars

7032016

De nombreux rassemblements auront lieu le mercredi 9 mars e France et dans notre région contre le projet de loi Travail, à l’appel des organisations syndicales de salariés et de l’UNEF :

Corrèze : à Brive, à 14h, Place Winston Churchill

Creuse : à Guéret à 16h devant le siège du Medef

Dordogne : à Périgueux à 11h30 devant le Palais de Justice ; à Sarlat à 16h Place du 14 juillet ; à Terrasson à 17h Place de la Liberté ; à Bergerac à 17h30 devant le Palais de Justice.

Indre : à Châteauroux à 10h Place de la République ; à Issoudun à 16h devant la permanence parlementaite d’Isabelle Bruneau.

Haute-Vienne : à Limoges à 10h30 devant le siège du Medef puis à 11h30 Carrefour Tourny.




5 heures pour la Palestine samedi à Limoges

3022016
  5 heures pour la Palestine  Samedi 6 février à partir de 18 h 00 Maison du Temps Libre (salle Léo Lagrange) à Limoges (derrière la Mairie)
18 h 00 Ouverture
 19 h 00 Chants solidaires par la Chorale des Résistances Sociales
 19 h 45 Présentation du centre culturel Al Diwan à Qarawat Bani Zeid (Cisjordanie)
 20 h 00 Buffet-apéro solidaire (prix libre)
 21 h 00 « Retour de Palestine » Elias Stitou, étudiant à Paris décrira ses voyages en Palestine avec une projection  de photos.
 L’association  Artisans du Monde  tiendra un stand de produits palestiniens et solidaires.
Et tout au long de la soirée des informations sur le mur, les colonies, la campagne citoyenne BDS (boycott-désinvestissement-sanctions), le parrainage des prisonniers politiques palestiniens seront proposés.
Les bénéfices de la soirée seront reversés au centre culturel  Al Diwan  de Qarawat Bani Zeid (Cisjordanie). Ce centre a été réalisé dans une ancienne maison du village de style ottoman et a bénéficié pour sa restauration d’un partenariat avec les associations Limousin-Palestine et Vivre à St Priest sous Aixe avec l’aide financière de la Région Limousin et le Consulat général de France à Jérusalem.  Le centre a été inauguré en 2007 et depuis il est le lieu d’activités pour les jeunes, conférences, rencontres…






sectionlocalepslvsr |
ahmed remaoun |
Le blog de Fabrice FRICHET |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG EDUCATIF
| ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA