• Accueil
  • > Archives pour novembre 2012

Cantonales 2015 : autant d’élu-e-s mais deux fois moins de cantons

30112012

Deux projets de loi réformant notamment les élections cantonales ont été adopté en conseil des ministres. Les textes permettront l’élection de binômes homme-femme dans des cantons redécoupés, en 2015. Ces deux nouveaux projets de loi suppriment la réforme sur le conseiller territorial votée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, et « définissent un nouveau mode de scrutin pour les conseillers généraux qui s’appelleront désormais conseillers départementaux », selon le compte-rendu du conseil des ministres.

Lors du prochain renouvellement général, deux conseillers départementaux seront élus dans chaque canton, au scrutin majoritaire à deux tours. Les candidats se présenteront devant le suffrage constitués en binôme. Chaque binôme devra être composé d’une femme et d’un homme ». Le nombre d’élus restera inchangé : la carte électorale sera redécoupée en conséquence… ce qui augure déjà de sérieuses discussions… Ainsi, en Haute-Vienne par exemple, il y aura bien 42 «conseillers départementaux» mais élus sur 21 cantons seulement. La réforme comporte également un volet sur l’intercommunalité : elle prévoit que, lorsque les électeurs choisiront les conseillers municipaux, ce sont les premiers des listes élues qui auront vocation à siéger également au sein des intercommunalités. Elle ramène le seuil de population au-delà duquel les conseillers municipaux sont élus au scrutin de liste à 1.000 habitants au lieu de 3.500 aujourd’hui.

Les élections des conseillers départementaux et les élections régionales sont reportées à 2015, au lieu de 2014, année qui compte déjà des élections municipales, européennes et sénatoriales.




ONU : Premier pas pour la Palestine

30112012

L’Assemblée générale de l’ONU a reconnu implicitement l’existence d’un Etat palestinien souverain en lui accordant le statut d’Etat non membre observateur malgré les menaces de représailles financières brandies par les Etats-Unis et Israël contre l’Autorité palestinienne. Le projet de résolution accordant le statut d’«Etat non membre» à une Autorité palestinienne jusqu’ici mentionnée en tant qu’«entité» a été adopté par 138 voix pour (dont celle de la France), neuf contre et 41 abstentions.
«Il y a exactement 65 ans, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la résolution 181, qui séparait la terre de la Palestine historique en deux Etats et qui est devenue le certificat de naissance d’Israël», a déclaré Mahmoud Abbas devant les délégués. «L’Assemblée générale est sollicitée aujourd’hui pour accorder un certificat de naissance de la réalité de l’Etat de la Palestine», a-t-il ajouté.
François Hollande a commenté cette décision, affirmant que «ce vote est conforme» à son «engagement de soutenir la reconnaissance internationale de l’Etat palestinien», ajoutant que les négociations doivent reprendre pour atteindre un «règlement de paix juste et global». «Le dialogue direct est la seule voie pour trouver une issue définitive à ce conflit. La France est prête à y contribuer, en amie à la fois d’Israël et de la Palestine».




Chômage : Toujours à la hausse

28112012

Dès dimanche, le ministre du Travail, Michel Sapin, avait prévenu que les chiffres du chômage pour octobre seraient mauvais… Une déclaration confirmée par les données officielles qui viennent d’être publiées. Pour le 18e mois consécutif, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A a progressé de +1,5%, soit 45 400 personnes de plus, en France métropolitaine pour s’établir à 3,1 millions. Sur un an, la hausse est de +10,6%. En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 1,6% (+71.500) pour s’établir à 4,6 millions de personnes. Sur un an, il progresse de 9,4%.
Dans le détail, les plus âgés demeurent toujours les plus touchés. Le nombre de demandeurs d’emplois de plus de 50 ans a ainsi grimpé de +1,9% en catégorie A, soit une hausse de +17,6% sur un an. Du côté des moins de 25 ans, la progression est moins marquée qu’en septembre (+0,5% après +2,2%). Sur un an, la progression atteint +10,6% .
Parallèlement, le nombre d’offres d’emploi collectées par Pôle emploi a progressé de 5% en métropole après avoir enregistré un repli de 4,4% en octobre. Le nombre d’offres satisfaites a lui aussi progressé de 8,5%, qu’il s’agisse d’emplois durables ou temporaires. Le gouvernement espère toujours inverser la tendance d’ici la fin 2013. A cette échéance, l’OCDE, qui a révisé ses projections économiques ce mardi, vise plutôt une stabilisation du taux de chômage à 11,25%…




La Palestine à l’ONU : la France dira Oui au statut d’Etat observateur

28112012

Après quelques débats et hésitations internes, la France va soutenir la démarche des Palestiniens pour rehausser leur statut à l’ONU. Ainsi qu’il l’avait annoncé, Mahmoud Abbas soumettra demain jeudi au vote des 193 États représentés à l’Assemblée générale des Nations unies une résolution sur l’octroi à l’Autorité palestinienne du statut d’Etat obsevateur (non-membre). Laurent Fabius y avait déjà fait allusion la semaine dernière devant le Sénat. Il a confirmé hier mardi que «Paris répondra oui, par souci de cohérence» à la demande formulée par les Palestiniens. À l’Assemblée générale, où le droit de veto n’existe pas (contrairement au Conseil de sécurité), les Palestiniens sont assurés d’avoir gain de cause : ils doivent réunir 97 votes positifs (sur 193) et plus d’une centaine de pays ont d’ores et déjà pris position en leur faveur. Les États-Unis restent résolument contre.

Rassemblement demain soir à Limoges

En solidarité avec le peuple palestinien et pour l’admission de l’Etat de Palestine à l’ONU, un rassemblement aura lieu demain jeudi 29 novembre à 17 h 30 place de la Motte à Limoges, à l’appel du Collectif pour une paix juste entre Palestiniens et Israéliens : Limousin-Palestine (AFPS), Femmes en noir, ADS, EELV, NPA, Jeunes Ecologistes Limousin, Gauche Anticapitaliste, MDH, LDH, MRAP, PCF, Parti de Gauche, UD-CGT87…

Les organisations rappellent que le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies (ONU) avait voté le partage de la Palestine en un état juif et un état arabe. L’Etat arabe ne verra jamais le jour. 65 ans plus tard, « il faut imposer la justice et les droits du peuple palestinien à l’Assemblée générale de l’ONU qui va se prononcer sur la demande palestinienne d’admission de l’Etat de Palestine comme « Etat non membre » au sein de l’organisation. 132 Etats membres de l’ONU ont déjà reconnu l’Etat de Palestine. 75 % des Français soutiennent la reconnaissance de l’Etat de Palestine. (…)

La reconnaissance de l’Etat de Palestine et son admission à l’ONU ainsi que la formation d’un gouvernement palestinien d’union nationale sont l’étape essentielle pour la mise en œuvre d’un processus de paix puisqu’elle modifiera le rapport de forces existant. C’est la seule voie qui peut mener à la paix avec enfin la création d’un Etat de Palestine sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, les deux Etats : Israël et Palestine vivant en paix et en sécurité ».

 




Sidérurgie : Contradictions entre Sapin et Montebourg

23112012

Révolue l’époque des nationalisations de la sidérurgie ? A une semaine de la date limite pour le dépôt d’éventuelles candidatures à la reprise des hauts fourneaux du site de Florange (Moselle), le ministre français du Travail Michel Sapin a expliqué sur la chaîne d’information LCI ce vendredi matin que «la bonne solution c’est d’examiner les propositions faites par d’autres entreprises pour faire en sorte que ArcelorMittal accepte de vendre à pas cher», ajoutant qu’«on n’est plus dans une époque où on nationalise la sidérurgie».

Il a ainsi nuancé les propos, la veille, du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, qui avait évoqué «un contrôle public temporaire» et menacé, à mots couverts, de nationaliser, au moins temporairement, le site.




Pacte de compétitivité : le crédit d’impôt sera « révisable », selon la CGT

23112012

Les syndicats français se veulent vigilants sur les contreparties pour les salariés et le contrôle de l’utilisation des 20 milliards d’euros de crédit d’impôt proposés aux entreprises par le pacte de compétitivité du gouvernement. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a consulté jeudi les syndicats – CFDT, FO, CGT, CFTC, CFE-CGC – sur la mise en oeuvre de ce texte, dont les dispositions seront incluses dans le collectif budgétaire (PLFR) appelé à être voté le mois prochain.

Le PLFR intègrera ainsi la partie dépenses, un crédit d’impôt de 20 milliards d’euros prévu à partir de 2014 mais mobilisable dès l’an prochain pour les PME, et la partie recettes, des hausses de deux taux de TVA qui entreront en vigueur le 1er janvier 2014. Les questions de gouvernance, notamment celle du contrôle par les salariés de la bonne utilisation du crédit d’impôt, feront l’objet d’un autre texte « dans le courant de l’année 2013″, souligne-t-on de source gouvernementale.

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a dit avoir reçu du Premier ministre et du ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, qui assistait à l’entretien, des garanties sur la bonne utilisation de l’argent public. « C’est la première fois que j’entends le Premier ministre insister sur le contrôle de l’usage de ces fonds et la mécanique que semble vouloir retenir ce gouvernement, c’est d’adosser ces dispositions au collectif budgétaire », a-t-il dit à la presse. « Autrement dit, ces mesures de crédit d’impôt seront toujours susceptibles d’être revues si les résultats ne sont pas au rendez-vous », a-t-il ajouté.

Bernard Thibault a lui aussi émis des doutes sur un « mécanisme qui n’est pas assez ciblé ». « Les entreprises touchent déjà beaucoup d’argent public au nom de l’emploi, depuis de nombreux gouvernements », a-t-il fait valoir. « Il n’est pas vrai que toutes les entreprises aient besoin d’argent pour survivre ».

Sont également attendus les résultats des négociations en cours sur la sécurisation des parcours professionnels visant à parvenir, selon le voeu du président François Hollande, à un « compromis historique » sur ce sujet. La CGT juge « hors de question de s’inscrire dans un accord, fut-il qualifié d’historique, qui aurait d’abord comme vocation (…) d’augmenter la flexibilité dans les entreprises ». « Je ne suis pas sûr que le Medef cherche un accord », a aussi estimé Bernard Thibault. « Selon nous, le Medef choisirait peut-être de laisser la sale besogne au gouvernement ».




Retraites : Gel pour 3 ans et sous-indexation au programme du Medef

23112012

La CGT a quitté hier jeudi, avant la fin, la première séance de négociation syndicats-patronat sur les retraites complémentaires, en raison des « mesures régressives » proposées par le Medef pour les remettre à flot, notamment un gel des pensions pendant trois ans. « On ne peut accepter ces mesures telles qu’elles ont été mises sur la table », a déclaré Eric Aubin, qui menait la délégation cégétiste. Selon un document distribué à la presse, le Medef envisage des mesures drastiques pour remettre à l’équilibre les régimes Agirc (cadres du secteur privé) et Arrco (tous les salariés du privé), dont les déficits cumulés atteignent aujourd’hui au total 4,6 milliards d’euros. La première des mesures proposées est un gel des pensions pendant trois ans, qui rapporterait 4,20 milliards d’euros en cumulé d’ici à 2017, ou bien une sous-indexation de ces pensions (inflation moins un point) pendant cinq ans.

Selon Eric Aubin, la CGT a quitté la séance après avoir vainement demandé qu’elle soit interrompue pour consulter les instances des différentes confédérations, étant donné l’importance des mesures envisagées. La dégradation des comptes est due principalement à l’augmentation du nombre de chômeurs, qui entraîne une baisse des cotisations patronales et salariales. Le vieillissement de la population, avec une augmentation du nombre de retraités par rapport à celui des actifs, pèse aussi sur la santé financière des complémentaires, comme pour le régime général.




Le vote blanc reconnu… mais pas comptabilisé dans les exprimés

22112012

L’Assemblée a approuvé aujourd’hui la reconnaissance du vote blanc, en adoptant à l’unanimité des députés présents une proposition de loi UDI, amendée, pour que les votes blancs aux élections soient comptabilisés séparément des nuls… mais pas pris en compte dans les suffrages exprimés. Lire la suite… »




Copé-Fillon : feuilleton à rebondissements… les 3 circonscriptions d’outre-mer avaient bien été oubliées…

22112012

Le feuilleton continue et les rebondissements se suivent d’heure en heure… La commission électorale de l’UMP (Cocoe) reconnaît maintenant que trois circonscriptions d’outre-mer n’ont pas été « prises en compte » dans le résultat final du scrutin pour la présidence et que leur addition « aboutirait vraisemblablement à une inversion des résultats ». Toutefois, indique-t-elle dans un communiqué, les statuts de l’UMP ne permettent pas de faire « autre chose que le constat présent » et de « publier de nouveaux résultats ». La Cocoe demande en conséquence « à la commission de recours de l’UMP de statuer en publiant des résultats définitifs ».

Dans le même temps, Alain Juppé a accepté de jouer les médiateurs entre Jean-François Copé et François Fillon. « Je propose la création d’une instance collégiale composée, sous ma présidence, de représentants des deux candidats et de personnalités n’ayant pas pris parti », a-t-il annoncé dans un communiqué en forme d’ultimatum. « Ma proposition tient jusqu’à ce (jeudi) soir, 20 h. Au-delà, je n’ai pas l’intention de me laisser instrumentaliser dans les confrontations délétères », prévient l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac.

Fillon, qui a déclaré renoncer à la présidence de l’UMP, accepte cette médiation et cette instance collégiale mais Copé ne veut attribuer à Juppé qu’un rôle d’observateur au sein de la commission des recours qu’il a lui-même saisie… une commission qu’on sait majoritairement copéiste… Quant aux lieutenants de Copé, ils veulent que la commission des recours étudie les résultats de Nice pour lesquels ils accusent les fillonistes de « turpitudes délibérées » et de « bourrages d’urnes »… ce qui a provoqué de vives réactions de la part de Valérie Pécresse qui accuse les copéistes de Nice de manipulation… Le grand déballage est-il en route ?

Pendant ce temps là, Sarkozy pourrait se frotter les mains… mais il était au même moment entendu dans le bureau du juge Gentil à Bordeaux dans le cadre de l’affaire Bettencourt…

Suite au prochain numéro…




Albany : la direction annonce 75 suppressions d’emplois à Saint-Junien et 127 à Sélestat !

22112012

La mauvaise nouvelle tant redoutée est tombée. Le groupe Albany, spécialisé dans les tissus techniques et textiles pour industrie, a annoncé la suppression d’un peu plus de 200 emplois sur ses sites de Sélestat (Bas-Rhin) et Saint-Junien (Haute-Vienne). Vendredi le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg avait rencontré les salariés d’Albany à Limoges, appelant à une table ronde. Lors d’un comité central d’entreprise mercredi en Suisse, la direction Europe d’Albany international, a annoncé la suppression de 127 emplois sur l’usine de Sélestat, qui compte 227 salariés, et 75 postes à Saint-Junien, sur le site Albany-Cofpa qui en compte près de 130.

Pierre Allard (maire et conseiller général de Saint-Junien), Joël Ratier (Président de la Communauté de communes Vienne Glane et conseiller régional) et Mard Riffaud (conseiller municipal de Saint-Junien et conseiller général) ont aussitôt réagi et dit leur opposition résolue aux projets de la direction du groupe Albany. Ils demandent la réunion d’urgence de la table ronde promise par le ministre Montebourg.

Lire la déclaration :  fichier pdf Albany

Selon les syndicats, les suppressions d’emplois annoncées mercredi ont été présentées par Albany International comme conséquence d’ »un problème de rentabilité sur la production à l’échelle européenne ». Elles interviendraient à échéance 2014. La direction s’est engagée à reclasser « un maximum de personnel » et a indiqué notamment qu’elle ouvrirait 60 postes… sur un site de Commercy (Meuse).

Le ministre Arnaud Montebourg avait rencontré vendredi dernier des salariés et syndicats d’Albany-Cofpa de Saint-Junien, lors d’une réunion à la préfecture de Limoges. Depuis des semaines, les salariés redoutaient un plan social après un premier projet de fermeture avorté durant la campagne présidentielle.

M. Montebourg avait indiqué vendredi dernier que le gouvernement allait « provoquer une table ronde avec la direction de manière à mettre à plat l’ensemble des divergences à l’égard de cet outil de travail de qualité ». A l’issue d’une réunion d’information du personnel, les syndicats ont indiqué jeudi qu’ils allaient saisir immédiatement les services de M. Montebourg, pour qu’il convoque cette table ronde avant un comité central d’entreprise prévu à Sélestat la semaine prochaine.







sectionlocalepslvsr |
ahmed remaoun |
Le blog de Fabrice FRICHET |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG EDUCATIF
| ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA