Nombreuses manifestations le 1er mai

29042013

Malgré les désaccords intervenus à propos de la loi ANI, de nombreuses manifestations auront lieu ce 1er mai en France. CGT, FSU et Solidaires se retrouveront côte à côte, rejoints parfois dans nos régions par l’UNSA et la CFTC à Limoges, Saint-Junien et Bellac, par l’UNSA à Guéret, par FO à Châreauroux

Les manifestations dans nos régions :

Creuse : à Guéret, à 10 h devant la mairie

Corrèze : à Brive à 10h Place Winston Churchill, à Tulle à 11h Place Marcel Paul, à Ussel à 11h devant l’UL CGT.

Dordogne : à Bergerac à 10 h 30 devant le Palais de Justice, au Lardin à 10h devant les papèteries de Condat, à Périgueux à 10h 30 à la Bourse du Travail, à Sarlat à 10h Place de la Grande Rigaudie.

Haute-Vienne : à Limoges à 10h 30 Place de la République, à Saint-Junien à 10h 30 à la Bourse du Travail, à bellac à 10h 30 devant la mairie.




Plusieurs ministres « toussent » contre la politique d’austérité

10042013

Plusieurs voix s’élèvent publiquement au gouvernement pour demander une inflexion de la politique économique et sociale, comme réponse supplémentaire à la crise politique déclenchée par les aveux de l’ex-ministre du Budget. Des appels auxquels l’Elysée et Matignon paraissent rester sourds pour le moment. Arnaud Montebourg a ouvert mardi les hostilités dans un entretien au Monde. Le ministre du Redressement productif prévient que « le sérieux budgétaire, s’il tue la croissance, n’est plus sérieux. Il est absurde et dangereux. Il est donc plus que temps d’ouvrir le débat sur cette politique qui conduit l’Union européenne à la débâcle. »

« La politique d’austérité imposée par l’Europe est-elle soutenue par nos concitoyens ? La réponse est non. Elle est rejetée par tous les peuples », observe Arnaud Montebourg. Avant d’appeler, cinglant, à une remise en cause des directions prises par Bruxelles : « S’il y a une crise de régime, c’est au niveau de l’Union européenne, où il n’y a nul débat démocratique sur les causes et les conséquences de cette politique d’austérité qui nous entraîne collectivement dans une spirale récessive. »

L’avis d’Arnaud Montebourg est aussi celui de Cécile Duflot dans un entretien à Mediapart. La ministre du Logement juge que des mesures « uniquement éthiques » ou « techniques » contre la fraude fiscale « ne seront pas suffisantes » pour répondre à la crise politique. « Avec l’amplification de la crise, une réponse uniquement centrée sur la baisse des dépenses publiques ne peut pas être une réponse politique durable, assène-t-elle. Je sais qu’il faut engager une trajectoire de désendettement. En même temps, la solution à la crise ne se trouve pas dans cette trajectoire. Le risque, c’est la spirale de la récession. (…) On ne peut pas considérer que le coup de rabot général soit une bonne méthode politique. » 

Même discours chez Benoît Hamon, ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire. « Aujourd’hui l’austérité en Europe n’est plus soutenable, avec ses millions de chômeurs », déclare-t-il ce mercredi dans Le Parisien. « Sur le rythme de réduction des déficits, je distingue le sérieux budgétaire indispensable, qui est un moyen, de l’austérité, qui devient une fin en soi », précise-t-il. « La consolidation budgétaire est un marathon. Et un marathon, on ne le finit pas sur le rythme d’un coureur de 400 m, schématise Benoît Hamon. Or, aujourd’hui, les exigences allemandes nous demandent de sprinter alors que la France a besoin de reprendre son souffle. Si ça continue, personne ne finira la course. » Et le ministre de « s’interroger sur le rythme imposé à la poursuite d’une consolidation budgétaire qui confine à l’austérité, qui peut nous conduire dans une impasse et à une France low-cost ».

Face à ces critiques de plus en plus nombreuses, François Hollande et Jean-Marc Ayrault ne semblent cependant pas décidés à changer de cap. « Non, il n’y a pas de changement de ligne », assure l’entourage du chef de l’Etat. Du côté de Matignon, on relativise ces déclarations anti-austérité et on assure que « le débat au sein du gouvernement est permanent ». (d’après AFP et France TV Infos).




Affaire Cahuzac : le feuilleton se complique et s’épaissit

4042013

Est-ce l’ultime rebondissement dans l’affaire Cahuzac révélée il y a maintenant quatre mois par Mediapart ? Pas sûr… L’ex-ministre du Budget, après avoir du démissionner du gouvernement le mois dernier, a confirmé devant les juges d’instruction ce qu’il avait toujours nié en particulier à l’assemblée nationale, qu’il possédait bien des comptes en Suisse et à Singapour (avec un solde de 600 000 € dont il affirme avoir demandé le rapatriement sur un compte français). Dans la foulée, son avocat a confirmé à l’AFP que Jérôme Cahuzac avait été mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale ». Ses avocats, Mes Veil et Jean-Alain Michel, évaluent le montant du blanchiment à environ 30 000 euros. On apprend maintenant que ce compte en Suisse avait été ouvert par un de ses amis anciens du GUD (étudiants d’extrême droite) et lui-même ami de Marine Le Pen.

Les réactions se multiplient. Les commentateurs qui refusaient de croire aux révélations de Médiapart en rajoutent couche après couche : Hollande et Moscovici soupçonnés d’avoir été au courant, demandes de remaniement ministériel, voire d’élections législatives anticipées, crise de régime… On en oublierait presque le fond de l’affaire, la fraude fiscale… que Jérôme Cahuzac n’est pas le premier à avoir pratiqué !

Nouvel épisode : Jean-Jacques Augier, 59 ans, homme d’affaires et figure discrète du monde de l’édition, qui fut le trésorier de françois Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012, voit son nom apparaître dans les documents auxquels Le Monde a eu accès. Ceux-ci montrent qu’il est actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans, par le biais de son holding financier Eurane.

L’enquête, conduite par Le Monde, sur la base des fichiers du consortium d’investigation américain ICIJ, a permis d’établir qu’une société dénommée International Bookstores Limited a été constituée en 2005 par plusieurs actionnaires, dont M. Augier, dans ce paradis fiscal des Caraïbes sous souveraineté britannique.

Non sans un certain embarras, M. Augier confirme les faits, mais affirme n’avoir « ni compte bancaire personnel ouvert aux Caïmans ni investissement personnel direct dans ce territoire ». « J’ai investi dans cette société par l’intermédiaire de la filiale d’Eurane en Chine, Capital Concorde Limited, un holding qui gère toutes mes affaires chinoises, précise ce proche du chef de l’Etat. L’investissement dans International Bookstores apparaît au bilan de cette filiale. Rien n’est illégal. »

Il « a trompé les plus hautes autorités du pays : le chef de l’Etat, le gouvernement, le Parlement et à travers lui tous les Français », a déclaré le président de la République, dans une allocution télévisée diffusée mercredi après le conseil des ministres.

« C’est une faute impardonnable, un outrage fait à la République d’autant que les faits reprochés sont eux-mêmes intolérables », a poursuivi le chef de l’Etat qui a assuré que « toute la lumière sera faite et [que] la justice poursuivra son travail jusqu’au bout et en toute indépendance ».

Sur un ton solennel, F. Hollande a assuré que l’ancien ministre du budget, mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale », « n’a bénéficié d’aucune protection autre que celle de la présomption d’innocence ». « C’est un choc, c’est un grave manquement à la morale républicaine », a-t-il encore dit avant d’annoncer une série de trois mesures.

Une réforme sur l’indépendance de la justice devra ainsi être votée « dès cet été ». Un autre projet de loi concernant les conflits d’intérêts et visant à la « publication et le contrôle de tous les patrimoines » des ministres et des parlementaires devra également être déposé « dans les prochaines semaines ». Enfin, le chef de l’Etat a annoncé que « les élus condamnés pénalement pour fraude ou corruption seront interdits de tout mandat public ».







sectionlocalepslvsr |
ahmed remaoun |
Le blog de Fabrice FRICHET |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG EDUCATIF
| ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA