• Accueil
  • > Archives pour février 2014

Municipales à Limoges : Patrick Charles et Aurélie Brajoux (ADS) sur la liste Rodet

24022014

Patrick Charles et Aurélie Brajoux

La liste conduite à Limoges par le maire sortant PS Alain Rodet est désormais connue. Elle comprend 55 candidats à majorité membres du PS auxquels se joignent des candidats ADS, communistes, Verts, radicaux de gauche ou simplement membres de la société civile. Par rapport à la précédente mandature, la liste a été renouvelée à 30 %.

Les candidats ADS sont Patrick Charles, adjoint au maire sortant et une jeune étudiante qui prépare son CAPES d’histoire, Aurélie Brajoux. Trois conseillers municipaux communistes sortants, en désaccord avec l’attitude prise par les communistes limougeauds, sont présents sur cette liste : Hugues Foubert, Josette Balanche et Christiane Dupuy-Raffy.

Pour Hugues Foubert : « Même si je porte un regard très critique sur la politique nationale, pour autant ça ne devrait pas nous faire rejeter la politique municipale car le bilan est loin d’être aussi négatif que l’affirme le Front de Gauche. Quant aux restrictions budgétaires qui attendent les collectivités, elles devront aussi être assumées par les maires communistes. Je garde tous mes engagements ».

La liste du Front de Gauche, conduite par Gilbert Bernard (PCF), rassemble des candidats du PCF, du Parti de Gauche, des Alternatifs, de la FASE et de la Gauche Anticapitaliste (ex NPA). Les autres listes : FN, UMP, Lutte Ouvrière et UDI.

Réunions publiques

Les candidats de la liste d’union d’Alain Rodet, « Limoges 2014, l’essentiel c’est notre ville », organisent plusieurs réunions publiques dans les jours prochains :

Mercredi 12 mars à 17 h 30 - Limoges Sud – Le Sablard – Foyer Cité du Sablard – Cité du Sablard

Vendredi 14 mars à 19 h - Beaubreuil – salle Jean Moulin – Parking de Cora

Samedi 15 mars à 11 h - Aurence – Corgnac Maison de quartier – Rue Jules Ladoumègue

Lundi 17 mars à 17 h 30 - La Bastide – La Brégère Foyer du champ Dorat – Rue Henri Lagrange (Grand Treuil)

Mardi 18 mars à 18 h - Limoges Beaupuy – Bar Restaurant «au Plaisir» – 11 rue Christophe Duverger

Jeudi 20 mars à 17 h 30 - Landouge – Salle des Fêtes – Centre bourg

Vendredi 21 mars à 20 h - UP Saint-Etienne – Avenue du Sablard

 




Economie : la gauche du PS, très critique, veut « tracer une alternative » !

10022014

C’est un véritable réquisitoire contre la politique économique deFrançois Hollande engagée depuis janvier. Mais la nouveauté, c’est qu’il vient cette fois du propre camp du chef de l’Etat. Quelques heures avant le séminaire organisé par le PS sur «la réussite du pacte de responsabilité», plusieurs responsables socialistes ont interpellé leur parti dans un document appelant à une remise en cause du tournant social-démocrate initié par le président de la République début janvier.

Ce texte, intitulé « Il n’y a pas qu’une seule politique possible» et que Le Monde s’est procuré aujourd’hui, est signé par les membres du courant d’Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann «Maintenant la gauche», autrement dit l’aile gauche du PS, à laquelle s’ajoutent les amis du ministre de la consommation Benoît Hamon, réunis dans le courant «Un monde d’avance», ainsi que quelques représentants de la «motion 4» au dernier congrès socialiste de Toulouse en 2012, constitué à l’époque par Stéphane Hessel. Soit au total environ un tiers des élus aux instances nationales du PS.

Dans sa tribune, cette coalition alternative fustige la politique solitaire de F. Hollande, estimant que «tout ne peut pas procéder d’un seul homme», et appelle la majorité à «une réaction». «L’orientation en matière de politique économique suscite des désaccords et des inquiétudes dans nos rangs», écrivent ces socialistes qui considèrent que la gauche doit continuer à «faire vivre la promesse» du discours du Bourget de janvier 2012, moment phare de la campagne présidentielle de F. Hollande dans lequel il avait désigné la finance comme son «adversaire».

Principale cause de leur mécontentement : le contenu du «pacte de responsabilité». «Nous ne nous reconnaissons pas dans le discours qui tend à faire de la baisse des charges et du coût du travail la condition d’un retour de la croissance», expliquent les signataires qui avaient déjà eu du mal à accepter le CICE mis en place à l’automne 2012.

« Les propositions contenues dans le pacte de responsabilité sont déséquilibrées », jugent-ils. A commencer par les contreparties qui «restent floues». Ces socialistes critiques estiment même qu’ «il faudra plus qu’un “observatoire” pour imposer amélioration des conditions de travail, discussion sur les salaires, partage du travail ou multiplication des embauches », soit leurs conditions au compromis social passé par l’exécutif avec le Medef.

Autre champ de leur «inquiétude» : les économies de 50 milliards d’euros des dépenses publiques sur trois ans pour financer la politique familiale. Une telle politique présente selon eux des «risques majeurs», dont celui de «rogner sur le modèle social français ».

«On entre dans une période nouvelle, explique au Monde le député Pouria Amirshahi, signataire du texte. François Hollande a mis fin à la synthèse avec son tournant social-libéral imposé sans discussion. Nous décidons donc de nous regrouper au-delà des chapelles et des courants du PS pour tracer une alternative à la politique et à la stratégie de l’exécutif.» Outre un PS «autonome» et «relais des aspirations mais aussi des mécontentements», ce bloc contestataire appelle également à un «rassemblement de la gauche», avec le PCF et le Parti de Gauche, qualifié d’«ardente obligation».




Projet de loi Famille : couleuvres, dérapages et revirements…

6022014

Cela devient de plus en plus difficile de trouver de la cohérence dans les déclarations gouvernementales sur le projet de loi Familles. Suite à la « manif pour tous » de dimanche à l’appel des droites et extrêmes droites rassemblées (ou plutôt la « manip » pour tous), on se souvient que lundi matin, Manuel Valls avait tonitrué contre les éventuels amendements qui auraient vu le jour concernant la PMA (procréation médicalement assistée). Quelques heures après, on apprenait que le projet de loi était reporté à 2015… donnant ainsi raison à ceux qui défilaient dimanche. La ministre en charge du dossier n’avait même pas été consultée… Et ce matin sur Antenne 2, nouveau revirement, Jean-Marc Ayrault assure que le gouvernement est disposé à « examiner sans tarder » certains aspects du futur projet de loi famille. Il est vrai qu’entre temps, la « couleuvre » avait du mal à passer dans les rangs des députés socialistes !

« Je suis pour que les réformes s’engagent dans un climat apaisé, alors que là on est dans une espèce de surenchère, d’hystérisation », a enchaîné J.-M. Ayrault, expliquant que la « concertation » sur le futur texte sur la famille allait se poursuivre « toute l’année ». A suivre donc jusqu’au prochain épisode !







sectionlocalepslvsr |
ahmed remaoun |
Le blog de Fabrice FRICHET |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG EDUCATIF
| ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA