Loi « Travail » : nouvelles manifestations jeudi 28 avril et dimanche 1er mai

27042016

L’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires-Organisations étudiantes appellent à une nouvelle journée d’action demain jeudi 28 avril contre le projet de loi « Travail ». Dans la foulée, des manistations sont également prévues ce dimanche 1er mai.

Certes, le gouvernement a présenté le 11 avril dernier, des mesures en faveur des jeunes (Aide à la Recherche du Premier Emploi, surcotisation des CDD, amélioration de la rémunération des apprentis, revalorisation des bourses, prolongation du droit aux bourses, création de places en BTS….). Pour l’intersyndicale, ces annonces sont le fruit des fortes mobilisations des jeunes, à l’appel des organisations lycéennes et étudiantes au côté des salariés. Pour autant, le désaccord sur le projet de loi reste entier. En effet, jusque là un accord d’entreprise ne peut pas être moins-disant que le code du travail ou qu’une convention collective. Or la loi travail donne la primauté à l’accord d’entreprise à travers des « référendums » d’entreprise où l’on sait pertinemment que le patron tient le salarié par le cou et qu’il pourra imposer ce qu’il veut.

Les manifestations prévues demain :

- Haute-Vienne : à Limoges à 10 h 30 carrefour Tourny et à Saint-Yrieix à 17 h 30 Place de la Nation

- Dordogne : à Périgueux à 10 h 30 devant le Palais de Justice et à Bergerac à 17h

- Indre : à Châteauroux à 10 h Place de la République

- Creuse : à Guéret à 10 h 30

- Corrèze : à 10 h à Brive et à 14 h 30 à Tulle

Pour le 1er mai, la manifestation à Limoges est prévue à 10 h 30 carrefour Tourny.

ADS soutient ce mouvement et appelle à se joindre aux différentes manifestations.




La baisse du chômage en mars : au profit de l’emploi précaire

27042016

Une très légère embellie ? Hier, la publication des chiffres du chômage pour le mois de mars a fait état d’une baisse du nombre de demandeurs d’emploi… mais le nombre total d’inscrits s’est accru de 200 000 sur un an !

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité, a reculé de 60 000 en mars par rapport à février, soit une baisse de 1,7%, selon les chiffres dévoilés par la Dares et Pôle emploi pour la France métropolitaine. Il faut remonter à octobre 2000 pour trouver un recul plus conséquent (-1,74% contre -1,70% fin mars 2016). Cela porte le nombre de chômeurs de catégorie A à 3 531 000, un chiffre en augmentation de 0,5% sur un an, soit 16 600 demandeurs d’emploi en plus.

En France métropolitaine, toujours, le nombre d’inscrits de catégories A, B et C baisse de 0,2% sur un mois, à 5 454 100 chômeurs fin mars 2016 (5 756 700 Dom Inclus). Toutes catégories confondues (A, B, C, D et E), le nombre de demandeurs d’emploi s’élève à 6 151 400 en France métropolitaine (6 486 100 sur la France entière), en recul de 0,1% sur un mois (-7 600 inscrits) et en augmentation de 3,3% sur un an (+198 500).

Sur une longue période, les catégories B et C ont beaucoup progressé en 2015 et en 2016. Ce qui signifie que la reprise de l’emploi se fait par les petits boulots et l’intérim. Tout cela reste de l’emploi précaire.




Baisse des dotations : STOP !

27042016

La baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales devient «intenable». Moins 5,5 millions d’euros de DGF pour le Département de la Haute-Vienne en 2016 ; moins 13,2 millions d’euros depuis 2013. La facture est salée. Elle n’épargne personne, Régions et Communes sont à la même enseigne. Et ce n’est pas fini. Comme le constate le groupe ADS-PCF au conseil départemental de la Haute-Vienne, « ces dotations nationales devant être amputées en 2017 de 3,67 milliards d’euros supplémentaires. »

A ces restrictions, poursuit le groupe dans une déclaration, « s’ajoute pour les Départements le casse-tête du financement du RSA et de l’APA compensé à 60% seulement par l’Etat. Il en résulte que les finances d’une quarantaine de Départements sont «dans le rouge». Cette dégradation financière générale entraîne une baisse significative des investissements des collectivités, de l’ordre de 30% entre 2014 et 2017 si rien ne change. Ce recul des investissements impacte à la hausse le niveau de chômage. De nombreuses voix s’élèvent de tous horizons politiques pour un changement de cap urgent. Seront-elles entendues ? Nul doute que le prochain Congrès des Maires en juin prochain sera un temps fort de la revendication des collectivités pour faire infléchir la position de l’Etat. »







sectionlocalepslvsr |
ahmed remaoun |
Le blog de Fabrice FRICHET |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG EDUCATIF
| ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA