USA : 36 ans dans le couloir de la mort avant d’être exécuté !

3022016

L’Etat américain de la Georgie a exécuté aujourd’hui le plus âgé de ses prisonniers dans le couloir de la mort, malgré la mobilisation de ses défenseurs qui dénonçaient l’injustice de cette application retardée de la peine capitale. Brandon Jones s’est vu administrer une injection létale dans une prison de la ville de Jackson, à moins de deux semaines de son 73e anniversaire. Reconnu coupable du meurtre d’un commerçant en 1979, il a passé plus de 36 ans derrière les barreaux et a toujours clamé son innocence.

Pour beaucoup, le sort judiciaire de cet homme symbolise la « double peine » à laquelle sont soumis aux Etats-Unis certains condamnés, qui passent des décennies à l’isolement carcéral avec pour seule perspective leur mort à venir. Dans un avis remarqué l’an dernier, le juge progressiste de la Cour suprême Stephen Breyer avait dénoncé ces « durées d’une longueur qui défie la raison et qui sapent le fondement punitif de la peine de mort ». 1 427 détenus ont été exécutés depuis le rétablissement de la peine de mort aux Etats-Unis en 1979.




Un livre de Christiane Taubira

1022016

Christiane Taubira s’est exprimée lors de sa sortie du gouvernement la semaine dernière et elle le fait à nouveau dans un livre qui sort ce lundi 1er février. Écrit dans le plus grand secret, Murmures à la jeunesse (Ed. Philippe Rey) est un réquisitoire contre la déchéance de la nationalité qu‘elle juge totalement inefficace.

L’ex-ministre ne balaie aucun argument. «Déchoir des terroristes, qui songerait à s’y opposer ? Binationaux ou non ! Mais quel effet sur les mêmes ? interroge-t-elle. Puisque, pour les déchoir sans en faire des apatrides il faut qu’ils soient binationaux, cette déchéance contiendrait une inégalité.» La Guyanaise met également en garde son camp : «Pour des délits, infliger une peine aussi lourde que la déchéance de nationalité et, de plus, ne l’appliquer qu’aux binationaux, heurterait le principe de proportionnalité outre celui de l’égalité», selon elle. Par ailleurs, «un pays doit être capable de se débrouiller avec ses nationaux», souligne-t-elle. «Que serait le monde si chaque pays expulsait ses nationaux de naissance considérés comme indésirables ? fait-elle remarquer. Faudrait-il imaginer une terre-déchetterie où ils seraient regroupés ?» Elle y voit le danger, pour la gauche et le pays, d’offrir une victoire idéologique à l’extrême droite, à ces «obsédés de la différence, les maniaques de l’exclusion, les obnubilés de l’expulsion».




« Lundi de gauche » au siège du PCF

1022016

Le Parti communiste organise ce lundi soir Place du colonel Fabien, son premier « lundi de gauche – porte ouverte sur 2017″ pour que surgissent « une démarche collective et citoyenne, un projet commun, un candidat commun ». « Je souhaite apporter ma pierre, celle du Parti communiste à un débat nécessaire à gauche, sur les enjeux de la période et les grands défis auxquels la France est confrontée », a expliqué le secrétaire national du PCF Pierre Laurent. Je le fais en invitant des personnalités, acteurs et actrices du monde associatif, syndical
et politique, du monde de la culture et de la recherche, à un dialogue suivi sur les questions du travail, de la sécurité et des libertés, de la transition écologique, sur un nouvel âge de la démocratie, sur les biens communs, le mieux vivre, la voix de la France et de l’Europe, la paix… Et je suis ouvert à tous les dialogues pour inventer une alternative aux politiques suivies aujourd’hui. Je n’accepte pas le scénario ficelé pour 2017 dont on connaît à peu près les premiers rôles : Marine le Pen, François Hollande et Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé. De ce scénario, la gauche serait absente et les aspirations populaires défaites. J’agis avec beaucoup d’autres, pour que surgisse d’une démarche collective et citoyenne, un projet commun et une candidature commune. »

Patrick Weil, historien spécialiste des questions d’immigration et de citoyenneté, le député socialiste Pouria Amirshahi et la présidente de la Ligue des Droits de l’homme Françoise Dumont participent à la première édition. Lundi prochain, parmi les invités : Bernard Thibault, syndicaliste, Philippe Torreton, acteur, écrivain, Caroline de Hass, féministe, animatrice de l’appel pour des primaires de gauche. Ils et elles ont annoncé leur présence les prochains lundis 15, 22 février et 7 mars : Yannick Jadot – député européen EELV – animateur de l’appel pour les primaires, Marie Desplechin – écrivaine, Mériem Derkaoui – maire d’Aubervilliers, Thomas Piketty – économiste.




Christiane Taubira, une mère courage !

28012016

« Je choisis d’être fidèle à moi-même, à mes engagements, à mes combats, à mon rapport aux autres », a déclaré Christiane Taubira lors d’une allocution à la Chancellerie, après l’annonce de sa démission de ministre de la Justice. « Je quitte le gouvernement sur un désaccord politique majeur », a précisé l’ancien garde des Sceaux. (…) Le péril terroriste qui nous menace est grave, imprévisible, mais nous avons appris à le traquer et nous nous en sommes donnés les moyens. », a-t-elle affirmé. Ferme sur ses valeurs, Christiane Taubira a martelé : « Nous ne devons lui concéder (au terrorisme) aucune victoire. Ni militaire, ni politique, ni diplomatique, ni symbolique ».

En trois ans, huit mois et 11 jours, Christiane Taubira aura eu le temps de marquer les mémoires, sinon l’Histoire. D’abord par une loi emblématique, celle du mariage pour Tous, qu’elle a portée de toute son énergie pendant de longs mois, ensuite par son style unique, tout en lyrisme, enfin parce que rarement ministre aura été autant, et avec ce degré de violences, attaquée, insultée par la droite et l’extrême droite. Lire la suite… »




Manifestations samedi contre l’état d’urgence et la déchéance

28012016
Les associations et organisations syndicales regroupées autour de l’appel « Nous ne céderons pas ! » et ayant lancé la pétition « Pour nous, c’est définitivement non ! », contre la réforme constitutionnelle, appellent à manifester samedi 30 janvier partout en France. Des rassemblements sont notamment prévus dans notre région à Tulle (à 10h sur le parvis de la cathédrale) et à Limoges (à 14h Place de la République).

Ce large collectif de 70 organisations a publié un texte commun qui note en particulier : « L’état d’urgence conduit à des décisions arbitraires, des dérives autoritaires. Depuis novembre 2015, plus de trois mille perquisitions sont intervenues. Tout comme les assignations à résidence, elles ont donné lieu à de nombreux dérapages, à un accroissement des discriminations à l’égard de populations déjà stigmatisées en raison de leur origine et/ou leur religion supposée ou réelle. Toutes ces mesures, dont l’efficacité n’est pas démontrée, mettent à mal la séparation des pouvoirs : l’exécutif s’accapare le pouvoir législatif et relègue le pouvoir judiciaire hors de son rôle de gardien des libertés. Lire la suite… »




« Cinq heures pour la Palestine » le 6 février à Limoges

28012016

’Association Limousin Palestine propose « Cinq heures pour la Palestine » le Samedi 6 février à partir de 18h à la Maison du Temps Libre (salle Léo Lagrange) à Limoges (derrière la Mairie).

Au cours de la soirée Elias Stitou décrira ses voyages en Palestine avec une projection de photos sur le thème « Retour de Palestine », la Chorale des Résistances Sociales animera une partie de la soirée avec des chants solidaires internationaux et l’association « Artisans du Monde » tiendra un stand de produits palestiniens et solidaires.

Des informations seront également disponibles sur la campagne citoyenne BDS (boycott-désinvestissement-sanctions), le parrainage des prisonniers politiques palestiniens ainsi que diverses autres documents. Un buffet-apéro solidaire à prix libre sera proposé à l’ensemble des participants.

Les bénéfices de la soirée seront reversés au centre culturel « Al Diwan » de Qarawat Bani Zeid (Cisjordanie). Ce centre a été réalisé dans une ancienne maison du village de style ottoman et a bénéficié pour sa restauration d’un partenariat avec les Associations Limousin-Palestine et Vivre à St Priest sous Aixe, avec l’aide financière de la Région Limousin et le Consulat général de France à Jérusalem. Le centre a été inauguré en 2007 et depuis il est le lieu d’activités pour les jeunes, conférences, rencontres




Une nouvelle Espagne en train de naître ?

22122015

Les Indignados qui avaient investi la Puerta del Sol de Madrid en 2011 se sont convertis en millions de voix dans les urnes quatre ans plus tard. Podemos, créé l’année dernière dans la foulée du mouvement des « Indignés », est arrivé troisième des élections législatives espagnoles, dimanche 20 décembre. Le parti emmené par Pablo Iglesias, 37 ans, entre avec fracas aux Cortes Generales, le parlement espagnol, où il disposera de 69 députés.

Avec 20,6% des suffrages, Podemos talonne le Parti socialiste (PSOE) qui, avec 22% des voix et 90 sièges au parlement, n’a jamais obtenu un aussi mauvais résultat. Le Parti populaire (PP) du chef du gouvernement sortant Mariano Rajoy est arrivé en tête avec 28,7% des voix et 123 sièges, mais perd sa majorité absolue. C’est son pire score depuis 1993. Les centristes libéraux de Ciudadanos, autre nouveau parti sur la scène politique nationale, obtiennent 14% des suffrages et 40 députés, une déception par rapport à ce que leur prédisaient les sondages.

« Une nouvelle Espagne est née qui met fin au système de l’alternance » entre le PP et le PSOE, a salué Pablo Iglesias. Le leader de Podemos exige d’ores et déjà une réforme constitutionnelle pour garantir les droits au logement, à la santé et à l’éducation.




Gaston Viens n’est plus

22122015

Tout le monde l’appelait simplement « Gaston »… Notre ami Gaston Viens, ancien maire d’Orly, qui avait cofondé ADS avec Marcel Rigout est décédé à l’âge de 91 ans.

Originaire de Saint-Rémy-de-Provence (né en 1924), fils d’un maraîcher, il est agriculteur. Il adhère au PCF et s’engage dans la Résistance au sein des FTP en 1941 à l’âge de 17 ans. Arrêté en 1943, il est déporté à Buchenwald.

Après la guerre, il est élu membre suppléant du comité central en 1950 et titularisé à ce poste en 1956, avant de le quitter en 1964.

Installé à Orly depuis 1961, il est élu maire de la ville le 21 mars 1965. Deux ans plus tard, le 24 septembre 1967, il accède à la présidence du Conseil général du Val-de-Marne, à la création du département, fonction qu’il exerce jusqu’en 1970. Il reste maire d’Orly jusqu’au 21 mars 2009, soit une longévité exceptionnelle de 44 ans.

En février 1989, il avait été exclu du PCF pour s’être démarqué de la ligne officielle. Il participe alors à la création de l’ADS avec plusieurs anciens membres du PCF dont Marcel Rigout. ADS s’incline devant la mémoire de « Gaston » et présente ses condoléances émues à sa damille et à ses nombreux amis.




Elections régionales : ADS appelle à voter pour la liste d’Alain Rousset

9122015

Suite au premier tour des élections régionales, ADS a fait la déclaration suivante :

« Les résultats du premier tour des élections régionales en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes comme au plan national sont préoccupants.

Bien qu’arrivée en tête avec 30,39% des suffrages, la liste PS-PRG enregistre néanmoins de lourdes pertes par rapport à 2010 : -10% en Haute-Vienne, -9% en Creuse, – 7,4% en Corrèze,… L’alliance de la droite et du centre avec 27,19% ne retrouve pas le niveau de l’UMP et du Modem de 2010. On déplore une nouvelle et forte poussée du Front National (23,23%) qui triple ses voix de 2010.

Le Front de Gauche enregistre un recul qui ne lui permet pas d’atteindre la barre des 5% et de participer au second tour. C’est dans les département limousins qu’il atteint cependant ses meilleurs scores. Le recul est encore plus sévère pour Europe Ecologie – Les Verts qui parvient cependant à rester au-dessus de la barre des 5%. Ce score, 5,6%, lui permet de conclure un accord de fusion avec la liste PS-PRG d’Alain Rousset.

Comme au niveau national, bien qu’en légère régression, l’abstention demeure d’un niveau élevé (49,03% sur la grand région). Elle s’explique sans doute par la déception de nombreux Français, en particulier des jeunes, face à la politique gouvernementale et aux promesses présidentielles non tenues notamment en matière d’emploi. Elle s’explique encore par une réforme territoriale profonde imposée sans concertation.

ADS s’est prononcé contre cette réforme territoriale. On a redécoupé les régions au gré des vents avant même d’en définir les missions. La loi NOTRe conduit à une nouvelle concentration des pouvoirs et à éloigner les prises des décisions des citoyens.

Les résultats du premier tour laissent un scrutin assez ouvert pour le second. Pour ADS, il importe partout de tout mettre en oeuvre pour mettre en échec la droite et l’extrême droite. Rappelons que nous étions lors de la dernière mandature associés à l’exécutif de la Région Limousin dont nous avons partagé les orientations en participant à la mise en oeuvre des politiques régionales. C’est pourquoi, fidèles à tous nos combats, nous appelons clairement à voter au second tour pour la liste d’Alain Rousset qui réunit le PS, le PRG et les Verts. »

De leur côté, les 12 fédérations du PCF de la Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes déclarent notamment :

« Le Parti Communiste Français, ses militantes et militants, continueront à se mobiliser pour porter leurs propositions liés au développement économique créateur d’emplois sur les territoires, les services publics, le transport ferroviaire, l’égalité territoriale et la démocratie de proximité, la transition énergétique dans notre grande région. Nous sommes déterminés et disponibles pour construire une véritable gauche anti-austérité dans la région et au-delà, une force qui réponde aux aspirations solidaires, sociales et écologiques toujours présentes. Au deuxième tour nous appelons à dire non à l’austérité qui nourrit la désespérance et à ne laisser aucune chance à la droite et l’extrême-droite de prendre les rênes de la Région. »




Elections régionales : Ne pas se tromper de colère !

4122015

Le premier tour de ces élections régionales a donc lieu ce dimanche. Une pluie de sondages semble indiquer une forte progression du Front National… mais aussi une forte abstention et une part non négligeable d’électeurs qui  n’ont pas encore fait leur choix… à moins qu’ils préfèrent le taire jusqu’au dernier moment. Rien n’est donc fait… Le vote, c’est dimanche… et il y aura sans doute partout un second tour le dimanche suivant.

Mais c’est dès ce dimanche qu’il faut marquer son choix, sans attendre le second tour. S’abstenir serait laisser la voie libre à la droite et à l’extrême droite et placerait sur le bas côté la seule voix déterminée contre l’austérité, celle du Front de Gauche et de ses alliés comme l’ADS en Aquitaine-Limousin-Poitou Charentes. S’abstenir parce qu’on est déçu des promesses non tenues par le gouvernement, c’est se tromper de colère. Exprimer sa colère, c’est au contraire donner les moyens au Front de Gauche de compter demain. C’est faire le choix d’une République sociale contre les peurs. Un seul bulletin dimanche, sans rature ni panachage, celui ici pour la liste conduite par Olivier Dartigolles, celle de l’Humain d’abord.







sectionlocalepslvsr |
ahmed remaoun |
Le blog de Fabrice FRICHET |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG EDUCATIF
| ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA